AccueilActualitésVOYAGE D’ETUDES ET D’ECHANGES DU PAPSA-BURKINA AU NIGER

Actualités

VOYAGE D’ETUDES ET D’ECHANGES DU PAPSA-BURKINA AU NIGER

Un véritable motif de satisfaction selon le Dr. SAWADOGO Séraphine KABORE, Coordonnatrice du projet
Une délégation du Projet d’Amélioration de la Productivité agricole et de la Sécurité Alimentaire (PAPSA-Burkina) a séjourné du lundi 23 au dimanche 29 avril 2018 à Niamey dans le cadre d’un voyage d’échanges au Niger.

 

La mission conduite par Dr. SAWADOGO Séraphine KABORE, Coordonnatrice nationale du PAPSA est venue s’inspirer notamment du modèle de distribution électronique d’intrants agropastoraux appelé Evoucher, du fonctionnement du Réseau National des Chambres d’Agriculture (RECA) et ses représentations régionales (Chambres Régionales d’Agriculture), du Système d’Information sur les Marchés Agricoles (SIMA) et les marchés à Bétails (SIMB), échangé avec le Centre Régional Agrhymet sur l’ECOAGRIS et la distribution subventionnée à 50% des intrants par la Centre d’Approvisionnement en Intrants et Matériels Agricoles (CAIMA).

Après une présentation du système Evoucher et des discussions enrichissantes, la délégation du PAPSA s’est rendue dans les villages de Garbougna et Hillo Koira Zéno dans la Commune Rurale de Dargol (département de Gothèye, Région de Tillabéri). Objectif : échanger et recueillir les appréciations des bénéficiaires sur les services offerts par E-voucher. Selon eux, la distribution électronique est bénéfique parce qu’elle leur permet de recevoir directement leurs intrants sans intermédiaire, ni prélèvement. Le Evoucher est une innovation qui consiste à la distribution électronique des kits (semences, engrais, matériels et équipements agricoles/pêche, animaux, aliments pour bétail) aux agriculteurs, éleveurs, et pêcheurs grâce au téléphone portable. Au Niger, la phase test a été conduite dans quatre (4) communes rurales à savoir Dargol (Tillabéri), Mokko (Dosso), Dogo et Wacha (Zinder). L’opération a touché 417 producteurs ruraux bénéficiant chacun d’un kit permettant d’emblaver 1ha. Chaque kit est composé de : 60 sachets de semences potagères à raison de 10g par sachet (oignon, gombo, moringa, laitue, chou et tomate); 15 kg de maïs; 5 Kg niébé et 100 kg d’engrais 15-15-15. Les femmes ont-elles bénéficié de Kit chèvres rousses (2 femelles et 1 mâle) et de semences maraichères.

Au siège du Réseau National des Chambres d’Agriculture (RECA), les échanges ont porté sur le Centre d’appel pour un conseil agricole. Bien qu’inspiré du modèle Ivoirien pour le contenu, le Centre d’Appel du RECA est un dispositif très léger du point de vue de l’équipement. Il a pour objectif d’apporter des appuis conseils agricoles par téléphone au profit des producteurs afin de répondre à leurs diverses préoccupations, notamment sur la protection des cultures irriguées ; le choix des semences des cultures maraichères, l’évolution des prix de gros des produits maraichers sur les marchés de Niamey. L’assistance se fait en langues nationales Zarma et Haoussa. Le coût des appels est entièrement pris en charge par le producteur. Les acteurs qui interviennent pour les conseils agricoles sont constitués des techniciens de RECA, d’un réseau d’experts pluri disciplinaires public et privés. En huit mois service le centre compte près de 3500 appels pour des conseils agricoles.

A Dosso, la délégation du PAPSA s’est intéressée au fonctionnement des Chambres Régionales d’Agriculture (CRA). Elles sont au nombre de 8 avec 50 à 60 membres consulaires par région. Elles fonctionnent actuellement sur la base des appuis des bailleurs de fonds, mais une réflexion est en cours pour faire participer les producteurs à la base au fonctionnement des CRA par le biais de cotisations. Elles ont pour missions notamment de défendre les intérêts des producteurs ruraux, de faire connaitre les préoccupations des membres et faire valoir leur point de vue dans le cadre des politiques et programme de développement, de faciliter leur accès aux services et ressources.

La délégation s’est également entretenue avec le SIMA et le SIMB. Le SIMA est un dispositif étatique destiné à assurer entre autres la régulation des prix sur les marchés et la sécurité alimentaire des ménages. Il suit 74 marchés (48 marchés réguliers, 18 marchés sentinelles et 8 marchés transfrontaliers) sous la supervision de 20 agents tout cadre confondu. Le dispositif suit 45 produits (Céréales ; Engrais ; fruits; produits de rente ; Tubercules). Les collectes d’information sont hebdomadaires. Le mode de diffusion des informations s’appuie sur les canaux tels que le bulletin d’information, la radio, la télévision et par site web aux utilisateurs. Le SIM Bétails est composé d’un échantillon de 85 marchés à bétail dont 7 transfrontaliers suivis par un réseau de 85 enquêteurs sous la supervision de 19 agents tout cadre confondu. Les publications sont faites à l’intention d’un réseau d’environ 12 catégories d’acteurs : décideurs publics, partenaires au développement (bailleurs, ONG), les organismes spécialisés en matière de politique du bétail et de la viande, de sécurité alimentaire, d’alerte précoce et d’aide alimentaire (SAP, SNIS, FEWS, CCA, PAM, FAO), etc.

La ferme semencière Aïnoma qui a reçu la délégation du PAPSA est en activité depuis 1986. Elle a pour vocation de lutter contre l’insécurité alimentaire par une agriculture diversifiée et intégrée. Elle dispose de réserves permanentes d’eau de plus de 2 000 000 m3 et 623 Ha de terres cultivables et une diversité d’équipements agricoles (tracteurs, laboratoire d’analyse, magasins et camions). Elle produit de semences certifiées ; fournit d’engrais et semences de base ; forme les organisations paysannes à la production.La ferme a été un partenaire du PPAAO dans la mise en œuvre du Evoucher en assurant la distribution des intrants dans la commune de Dargol. Ainoma dispose d’un réseau de distributeurs d’intrants dans les zones d’intervention du Evoucher.

La mission a échangé également avec le Centre AGRHYMET sur le système régional intégré de l’information sur les marchés (ECOAGRIS) en vue de synergies éventuelles. Il ressort des échanges que la collaboration n’est pas directe avec les CRA en termes d’appuis mais le programme de formations thématiques du Centre Agrhymet reste ouvert aux producteurs. Pour ce qui concerne les questions de commercialisation des produits, le ROPA est en négociation avec l’Agrhymet pour la mise en place d’une plateforme de commercialisation régionale des produits agricoles.

La Centrale d’Approvisionnement en Intrants et Matériels Agricoles (CAIMA) a été créée par l’Etat pour assurer l’approvisionnement et la distribution des intrants à un prix subventionné (50%) au profit des producteurs. Le processus d’approvisionnement et de distribution se fait de façon inclusive et transparente avec l’implication de l’Etat, des acteurs communaux et départementaux et des faitières Agricoles. En effet, les acquisitions d’intrants et matériels sont faites sur la base d’expression de besoins des producteurs depuis le niveau commune jusqu’au niveau central en passant par le niveau départemental et régional.

Au terme de ces 5 jours de voyage d’échanges, la délégation du PAPSA a exprimé sa profonde gratitude aux autorités Nigériennes pour l’accueil chaleureux qui lui a été réservé. Elle remercie particulièrement le Secrétaire Général Adjoint du MAG/EL, le Secrétaire Général du Gouvernorat de Dosso et le vice maire de la Commune Rurale de Dargol pour toute l’attention dont elle a été l’objet. Elle rentre satisfaite et compte capitaliser toutes les informations échangées.

MCM

Mot du Coordonnateur

Dr. DAN-JIMO BAÏNA Coordonnateur

coraf

Ecowas

Traffic des visites sur le site

5.png7.png9.png0.png3.png
Today131
Yesterday203
This week334
This month3017
Total57903

Who Is Online

2
Online

TUEPMUTCE_MAY+0000RMAY_SHORTPMUTC_0C2
Go to top