AccueilActualitésJOURNEE PORTES OUVERTES SUR LES ETANGS PISCICOLES DE GALLA KAÏNA

Actualités

JOURNEE PORTES OUVERTES SUR LES ETANGS PISCICOLES DE GALLA KAÏNA

Le PPAAO/WAAPP-Niger reçoit un trophée de reconnaissance

Le village de Galla Kaïna dans la commune rurale de N’dounga situé à une vingtaine de Kms de Niamey a servi de cadre le samedi 18 mars 2017 pour l’organisation d’une Journée Portes Ouvertes de la Plateforme d’Innovation Pisciculture.

Une plateforme qui est née suite à un diagnostic de la pisciculture le long du fleuve Niger et un voyage d’étude effectué par la Fédération Nationale des Groupements des Pêcheurs du Niger au Nigeria. Dans le cadre du PPAAO/WAAPP, le Nigeria abrite le Centre National de Spécialisation en Pisciculture. La présente Journée Portes Ouvertes sur la pisciculture financée par le PPAAO/WAAPP-Niger.

La plateforme d’innovation pisciculture a vu le jour en juillet 2015 à Tillabéri grâce à l’appui financier du PPAAO, au tour de 5 organisations de pisciculteurs et mareyeuses qui sont : la Fédération Nationale des Groupements des Pécheurs du Niger (FNGN) de Kollo, l’Union Dabari de Kokomani, l’Union Faranmaka de Tillabéri, l’Union Margou de Boubon et de l’Union Gagassiney, l’ONG ADA et la ferme « ma terre ma richesse » sise à la rive droite de Niamey. Elle totalise aujourd’hui prés de 600 acteurs membres et bénéficie de l’assistance technique du RECA, de la CRA de Tillabéri, de l’INRAN, du Gouvernorat, du Conseil Régional, la Direction Régionale de l’Environnement et de l’Université de Tillabéri auxquels s’ajoutent les mairies d’Ayorou et de Tillabéri. Le concept de plateforme d’innovations a été développé en 2012 par le Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles (CORAF/WECARD), afin de faciliter l’adoption et le transfert de technologies. Ainsi, au lieu d’avoir des interventions séparées auprès de chaque acteur, ceux-ci sont regroupés pour s’attaquer ensemble aux problèmes qui concernent leur chaine de valeur et trouver des solutions ensemble. C’est un cadre de concertation, d’échange, de partage et de diffusion des nouvelles technologies pour les acteurs d’une même chaine de valeur en vue d’améliorer la productivité agricole et valoriser leurs produits.

La Journée Portes Ouvertes de Galla Kaïna concerne essentiellement les produits issus des étangs piscicoles. La plateforme d’innovation « Pisciculture » fait partie des premières plateformes que le PPAAO a décidé d’accompagner dans la réalisation de leurs activités. La Plateforme d’innovations a bénéficié d’appuis en renforcement des capacités, l’aménagement et l’empoisonnement d’une trentaine d’étangs et le faucardage de deux mares. Dans son adresse, le Coordonnateur du PPAAO, le Professeur Abdoulaye S. Gouro, a indiqué que l’objectif du Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO) est d’améliorer la productivité agricole, les marchés, la gestion des ressources naturelles, les politiques agricoles. C’est pourquoi, il a choisi les plateformes d’innovation pour accompagner ses partenaires. Le Pr. Gouro a réitéré la disponibilité de son institution à continuer à appuyer la Plateforme pisciculture.

Pour le Président de la plateforme pisciculture, malgré que les premières expériences de pisciculture extensive aient vu le jour au milieu des années 70, nous sommes encore à la traine dans ce secteur. Les expériences de pisciculture semi-intensive et intensive ont commencé au début des années 80 avec la mise en place d’une station d’alevinage à Sona (Tillabéri) dans le cadre du projet « Action pour le Développement de l'Aquaculture au Niger » (1982). La production de poissons au Niger est estimée à 50.000 tonnes par an, dont la majorité provient du Lac Tchad avec une commercialisation essentiellement sous forme fumée en direction du Nigeria. En 2006, le document de « Stratégie de développement de la filière halieutique » du Ministère de l’Hydraulique, de l’Environnement et de la Lutte contre la désertification estime la consommation nationale de poisson de l’ordre de 2.1 kg par habitant et par an dans les gros centres urbains, portant la demande annuelle à 23.000 tonnes contre une production nationale inférieure à 9.000 tonnes constituée par les captures du fleuve, des mares et des retenues d’eau. C’est pour dire qu’après 40 années d’expérience en pisciculture en plus des captures dans le fleuve et le lac Tchad, les besoins nationaux en poisson sont loin d’être couverts. En cause, essentiellement nos pratiques piscicoles très archaïques caractérisées par plusieurs insuffisances parmi lesquelles on peut citer : la non maitrise des techniques de confection des étangs, de sexage, de fertilisation des mares et d’alimentation des poissons, l’accès difficile aux aliments des poissons et aux alevins, l’inondation de nos étangs en période de crue du fleuve, le manque d’équipements adéquats pour le suivi, de conservation et de commercialisation et l’inondation de nos marchés par des poissons importés de l’étranger

Pour le président de la PIP, compte tenu de la hausse croissante de la demande en poisson, la PIP a de nombreux défis à relever notamment la modernisation des systèmes de production pour que l’I3N soit véritablement une réalité dans le domaine piscicole. Avec l’appui financier du PPAAO la plateforme a créée ce cadre de concertation avec comme vision : « un village un étang à l’horizon 2035 ». Elle a par ailleurs bénéficié d’un voyage d’études au Nigéria sur la pisciculture, bénéficié de 28 500 alevins pour la recharge des mares et étangs, le sur creusage de 4 étangs de 400m2 à Gallakaina et Boubon, l’achat de 6,5tonnes d’aliments poisson, la clôture grillagée de 10 étangs à Gallakaina, la plastification de 15 bassins piscicoles dont 5 à la Ferme « ma terre ma richesse » et 10 pour la ferme de l’ONG ADA à Bangoula, le faucardage de deux mares de 5 ha à Kokomani et Garou.

A noter que le Secrétaire Général Adjoint du Ministre de l’Environnement et du Développement Durable, le Colonel Ali Harouna a pris la parole pour apprécier à sa juste valeur cette Journée Porte Ouverte. Il a remercié de vive voix le PPAAO pour son appui à cette heureuse initiative. Le Colonel Ali Harouna a indiqué que le secteur de la pêche est un secteur très rentable qui mérite l’engagement de tous les partenaires. Il s’inscrit également en droite ligne dans le cadre du Programme de la Renaissance Acte II du Président de la République, SE M. Issoufou Mahamadou à travers l’I3N « les Nigériens Nourrissent les Nigériens », qui a récemment développé le FISAN qui avec l’appui des différents partenaires permettra de promouvoir le secteur piscicole et lui faire jouer un rôle important pour le développement de notre pays. L’ancien Directeur de la pêche a témoigné avoir vu ce site évoluer d’un seul plan d’eau à ce qu’il est aujourd’hui. Il y a eu beaucoup de progrès depuis lors en terme de renforcement des capacités des membres de la Fédération des Pêcheurs, en terme d’amélioration de la plateforme de production de poissons. Le poisson étant un aliment qui contribue beaucoup à la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations. Le Colonel Ali Harouna a invité les partenaires à soutenir ce secteur pour lui permettre d’améliorer sa contribution au produit intérieur brut de notre pays.

La plateforme d’innovation pisciculture a décerné un trophée de reconnaissance au PPAAO pour tout le soutien dont elle a bénéficié depuis sa mise en place. Le Professeur Abdoulaye S. GOURO a reçu le trophée des mains du Président du Conseil Régional de Tillabéri.

MCM

Mot du Coordonnateur

M Baïna Coordonnateur par intérim

coraf

Ecowas

Traffic des visites sur le site

4.png4.png4.png8.png9.png
Today29
Yesterday41
This week151
This month801
Total44489

Who Is Online

1
Online

THUPMUTCE_DECEMBER+0000RDECEMBER_SHORTPMUTC_0C2
Go to top