AccueilActualitésLa lutte biologique contre la Mineuse de l’épi de Mil (MEM) Heliocheilus albipunctella De Joannis : la promotion des unités communautaires privées de vente du parasitoïde

Actualités

La lutte biologique contre la Mineuse de l’épi de Mil (MEM) Heliocheilus albipunctella De Joannis : la promotion des unités communautaires privées de vente du parasitoïde

La Mineuse de l’Epi de Mil, Heliocheilus albipunctella De Joannis (Lepidoptera : Noctuidae) est l’un des sérieux ravageurs du mil au Niger. Les niveaux d’infestation des épis de mil peuvent atteindre 95 % avec des pertes de rendement en grain variant entre 8 et 95% selon les zones et les années.

Les dommages du ravageur sont souvent constatés en fin de saison pendant que les producteurs ont investi tous leurs efforts.

L’Institut National de la Recherche Agronomique du Niger (INRAN) en collaboration avec l’Université Dandicko Dankoulodo de Maradi (UDDM) ont mis au point une technologie de lâchers inondatifs de Habrobracon hebetor Say, un hyménoptère ectoparasite des larves de lépidoptères. Elle consiste à déposer au niveau des villages infestés un dispositif de 15 sacs en jute de 25 x 30 cm dans lequel il est introduit 200 g de mil écrasé et 300 g de mil entier, 25 larves de Corcyracephalonica et 2 femelles fécondées de H. hebetor. Un sac de lâcher libère graduellement en moyenne 80 adultes mâles et femelles du parasitoïde du 8ème au 22ème jour après sa préparation.

Plusieurs études menées ont permis de ressortir les caractéristiques de la technologie : 1) Le dispositif de 15 sacs placés dans un village permet de couvrir un rayon d’au moins 5 km soit plus de 7.000 ha ; 2) Le gain de rendement suite à une intervention préventive a été estimé à 34% ; 3) Le parasitoïde peut aussi se maintenir dans l’environnement pendant plusieurs années dans certaines conditions ; 4) Contrairement au pesticide, cette technologie n’est pas discriminante. L’unité d’intervention est le village et elle sert aussi bien les producteurs riches que pauvres ; 5) la technologie est sans impact sur la santé des personnes et l’environnement.

L’utilisation des sacs de lâchers a été testée avec succès depuis 2008 dans plus de 500 villages du Niger, du Burkina Faso et du Mali. Au Niger, en 2015 et 2016, le PPAAO a financé un projet qui a permis le traitement de presque 3 millions d’hectares de mil contre ce ravageur, mettant à l’abris plusieurs familles.

Une expérience est actuellement en cours pour la mise en place des unités privées communautaires de vente des sacs de lâcher. Huit unités sont actuellement fonctionnelles avec plus de 12 000 sacs produits et vendus par les villageois eux-mêmes en 2015 et 2016.

Il s’agit d’une première expérience de ce genre au Niger et le panel de discussion est organisé pour échanger avec les participants à l’atelier sur les voies et moyens pour pérenniser cette approche innovatrice et très prometteuse.

Dr. Boukary Baoua IBRAHIM et M. Laouali Amadou

Mot du Coordonnateur

Gouro

Pr. Abdoulaye Soumana GOURO

coraf

Ecowas

BM

Traffic des visites sur le site

4.png1.png1.png2.png6.png
Today3
Yesterday60
This week3
This month1270
Total41126

Who Is Online

1
Online

MONAMUTCE_OCTOBER+0000ROCTOBER_SHORTAMUTC_0C2
Go to top