AccueilActualitésLE PSAO/PPAAO FORME DES ACTEURS PUBLICS ET PRIVES DES SEMENCES FORMES SUR LE WASIX

Actualités

LE PSAO/PPAAO FORME DES ACTEURS PUBLICS ET PRIVES DES SEMENCES FORMES SUR LE WASIX

Maradi a abrité du 15 au 17 septembre 2016, un atelier national de formation des producteurs privés de semences, des inspecteurs régionaux et départementaux des semences des 8 régions de notre pays et des cadres techniques du ministère de l’agriculture.

La formation a porté sur l’exploitation de la plateforme électronique des semences (WASIX) et la mise à jour de l’Annuaire National en disponibilité de semences.

L’engagement du PPAAO-Niger dans la promotion des semences de qualités :

Depuis son démarrage en 2011, le PPAAO/WAAPP-Niger a fait de la production et de l'utilisation des semences certifiées une préoccupation majeure. En effet, plus d'un milliard de FCFA ont été dépensés pour encadrer les producteurs des semences, acquérir et distribuer des semences de qualité aux agriculteurs des zones vulnérables ciblées par le gouvernement du Niger. Ces efforts s'ajoutent à ceux d'autres partenaires techniques appuyant les acteurs du secteur semencier comme le Programme Semencier de l'Afrique de l'Ouest (PSAO/WASP). Ce dernier a fortement contribué à la structuration et à la professionnalisation des acteurs du secteur semencier en renforçant leur encadrement technique en matière de production des différentes catégories de semences, et surtout la commercialisation et le marketing des semences.

Le WASIX : une plateforme électronique des semences pour l’Afrique de l’Ouest

La plateforme électronique des semences WASIX a été élaborée et rendue opérationnelle par le Programme Semencier de l'Afrique de l'Ouest (PSAO/WASP) depuis 2014. La plateforme est gérée par les services techniques au niveau pays et le CORAF pour le niveau régional. Au Niger, l’APPSN et la DGA ont désignés leurs représentants pour contrôler et valider les données produites par les acteurs nationaux. A cette date, les acteurs du Niger ont très peu utilisé la plateforme électronique malgré les difficultés de vente des semences. Le PSAO a assuré une formation liminaire d'une vingtaine d'acteurs nationaux du public et du privé en Avril 2015 à Niamey. Cependant après une année, alors que la plateforme était à la disposition des acteurs, l'utilisation de cet outil par les acteurs semenciers du Niger est restée nulle. Pourtant les inscriptions régulières des acteurs semenciers dans l'annuaire national des disponibilités en semences améliorées devaient constituer un atout, un pas décisif pour mettre en ligne les productions des semences destinées au marché.

Baisse de la production des semences certifiées au Niger :

Au cours de ces 3 dernières années, la production des semences certifiées au Niger a stagné à moins de 13.000 tonnes pour toutes les espèces confondues, du fait d’une mévente de plus en plus aiguë. En fin de campagne 2015, un report invendu de plus de 5.000 tonnes a été constaté alors même que le Niger a un besoin réel de près de 50.000 tonnes. L'édition régulière de l'annuaire national de disponibilités des semences améliorées depuis 2010 et la plateforme électronique des semences constituent entre autres, des options pertinentes pour promouvoir voire booster la commercialisation des semences certifiées. En effet, les semences qui y sont inscrites sont pratiquement présentées à un public large. Ces deux supports (l’Annuaire National et la Plateforme Electronique des Semences) exposent les semences à toute la région Afrique de l'Ouest mais aussi à tous ceux qui ont des facilités d'accès à Internet dans le monde pour la plateforme électronique.

La rencontre de Maradi :

Dans son allocution, le Secrétaire Général Adjoint de la Région de Maradi a rappelé que les autorités de la 7ème république ont fait de l'utilisation des semences améliorées une des solutions phares pour la réduction voire l'élimination de la pauvreté et l'insécurité alimentaire et nutritionnelle dans notre pays. En effet, L’objectif de l’Initiative 3N pour la Sécurité Alimentaire et le Développement Agricole Durable est de mettre les nigériens à l’abri de la famine et de garantir les conditions de leur pleine participation à la production nationale et à l’amélioration de leurs revenus par le renforcement de leurs capacités de production alimentaire, d’approvisionnement et de résilience face aux crises et aux catastrophes. L'Initiative 3N étant un support stratégique pour la Rennaissance2 du Président de la République, SEM. Issoufou Mahamadou, il devient alors évident que la semence certifiée, particulièrement celle des cultures vivrières et celle des cultures de rente, fige l'attention des autorités de la 7e République qui ont déjà engagé diverses actions au plan institutionnel et juridique.

L’existence d’une réelle volonté politique :

Notez l'adoption de la politique semencière nationale en décembre 2012 avec l’ambition d'accroître le taux d'utilisation des semences certifiées à 30% en 2015. Il y a aussi le plan d’action pour la relance du système semencier au Niger (septembre 2012), la publication du règlement régional CEDEAO au Journal Officiel (juin 2013); la création d’une Direction du Contrôle et de Certification des Semences (décembre 2013); l’élaboration et l’adoption d’une loi semencière complémentaire au règlement régional CEDEAO; la création et l'installation officielle du Comité National des Semences (2015). A cela s’ajoutent d’autres actions pratiques ou techniques pour assurer une plus grande production et distribution des semences à travers les producteurs privés de semences, les boutiques d’intrants et les maisons du paysan créées par l’Etat et ses partenaires pour faciliter l’accès des paysans aux semences certifiées. Un fonds d'appui au secteur semencier (FASS) est en cours d’adoption en vue d’un financement autonome du secteur semencier. L'Etat du Niger conscient de la nécessité d'appuyer ce secteur ne ménagera aucun effort pour induire l'accroissement du taux d'utilisation des semences certifiées par les agriculteurs en vue de lutter contre la pauvreté. Signalons que le taux d'utilisation des semences certifiées reste très faible puisque ne dépassant guère 15% en moyenne pour toutes les cultures.

Mahaman Chamsou Maïgary

Mot du Coordonnateur

Gouro

Pr. Abdoulaye Soumana GOURO

coraf

Ecowas

BM

Traffic des visites sur le site

3.png9.png1.png4.png0.png
Today7
Yesterday63
This week142
This month1196
Total39140

Who Is Online

2
Online

WEDAMUTCE_SEPTEMBER+0000RSEPTEMBER_SHORTAMUTC_0C2
Go to top