AccueilActualitésVOYAGE D’ETUDES DES PRODUCTEURS DE MANIOC AU GHANA

Actualités

VOYAGE D’ETUDES DES PRODUCTEURS DE MANIOC AU GHANA

Le manioc pour vaincre l’insécurité alimentaire au Niger

Avec l’appui du PPAAO/WAAPP-Niger, une délégation de la Coopérative des Producteurs de Manioc (COPROMA) a effectué du 14 au 21 août 2016 un voyage d’études au Ghana. Ce voyage s’inscrit dans le cadre de la Coopération Régionale et du transfert de Technologies entre les pays membres du PPAAO/WAAPP.

 

A Accra, après un bref entretien avec la Coordinatrice du PPAAO/WAAPP-Ghana, Dr Azara Ali Mamshie et son staff, la délégation s’est rendue au QG de l’Entreprise Dizengoff Ghana fournisseur de diverses technologies dont les Green House qui ont particulièrement intéressé les producteurs Nigériens. La délégation nigérienne a effectué une visite guidée par le Dr Samuel ABBEY de Dizengoff Ghana sur un site d’implantation de plusieurs Green House. Les visiteurs Nigériens ont été émerveillés par cette technologie. Dans l’exploitation visitée, ce sont plusieurs tonnes de tomates entièrement bio et conservables pendant au moins 1 mois dans des conditions normales qui sont produites. Ces tomates sont protégées des maladies du sol (le sol est entièrement couvert de bâches et les tomates sont produites dans des pots en plastiques) et des attaques des insectes et autres ravageurs. D’autres spéculations sont également produites dans ces Green House avec le système d’irrigation goutte à goutte qui permet une économie substantielle de l’eau avec des rendements assez importants.

La mission s’est ensuite rendue à Kumassi au Centre National de Spécialisation en Racines et Tubercules logé dans l’immense complexe du « Council for Scientific and Industrial Research » regroupant 13 instituts de recherche agronomique. Le CSIR du Ghana est un véritable Centre d’Excellence pour la Recherche Agricole » crée en 1964 avec pour principale mission de développer et de vulgariser des technologies agricoles innovantes en vue de combattre l’insécurité alimentaire. Le CSIR est doté d’une équipe multi disciplinaire composé de chercheurs confirmés et de techniciens de haut niveau. Ses domaines de recherche couvrent les céréales (maïs et riz), les légumes et les oléagineux (haricot, arachide), les racines et tubercules (manioc, patate douce, tarot, etc.), la banane plantain, les fruits tropicaux, la canne à sucre, etc. A Kumasi la délégation nigérienne a été reçue par la Coordinatrice du Centre National de Spécialisation en Racines et Tubercules. Mme Régina SAGOE et son staff ont présenté le Centre avant d’exposer chacun dans le domaine qui le concerne ses activités de recherche sur le manioc, la patate douce et le taro. La recherche de variétés améliorées a été faite à partir de 500 génotypes de manioc local qui a donné lieu à 17 variétés de manioc améliorées homologuées. Les visites de terrain ont permis aux producteurs nigériens de découvrir les nombreuses variétés de manioc mises au point par les chercheurs. Après des échanges avec les chercheurs et techniciens, les membres de la COPRAMA ont pu détecter plusieurs variétés améliorées de manioc à haut rendement et résistantes à la sécheresse. Dans le cadre du transfert de technologies et pour un premier test, la COPROMA a acquis 500 boutures de 5 variétés de manioc améliorées (soit 100 bouture par variété). Les discussions vont se poursuivre à travers le PPAAO/WAAPP-Niger en vue de créer les conditions idoines pour le transfert et l’essai de vitro plants de ces variétés retenues par la COPROMA. Au Centre de Kumasi, la délégation a visité les installations notamment les laboratoires de biotechnologie de production des vitro plants ; les salles d’acclimatation des vitro plants ; les sites d’acclimatation poussée des vitro plants (adaptation en milieu naturel) ; et un modèle d’exploitation agricole intégrée combinant la pisciculture, l’aviculture et le maraichage en collaboration avec l’institut Embrapa du Brésil.

A Accra, les producteurs Nigériens ont visité une unité semi moderne de transformation du manioc en gari en tapioca. Les matériels de transformation ont été fabriqués en partie au Nigeria et au GHANA. Deux unités modernes de transformation de manioc en cours d’installation ont été visitées : l’une pour la fabrication des dérivées alimentaires sur financement de la FAO et l’autre pour la fabrication d’éthanol sur financement de l’état Indien.

Ce voyage d’études a permis aux membres de la COPROMA de comprendre que le manioc peut être pour le Niger un des outils de lutte contre l’insécurité alimentaire.

Mahaman Chamsou Maïgary

Mot du Coordonnateur

Gouro

Pr. Abdoulaye Soumana GOURO

coraf

Ecowas

BM

Traffic des visites sur le site

4.png2.png9.png5.png8.png
Today40
Yesterday47
This week40
This month1196
Total42958

Who Is Online

2
Online

MONPMUTCE_NOVEMBER+0000RNOVEMBER_SHORTPMUTC_0C2
Go to top